Mardi 3 Mai 2016

L'alimentation du futur... au coeur du concours Robotice

« On peut vous proposer un vers ? » « Un criquet ? » « Un cake aux insectes ? » « Des pâtes aux algues ? » …
Telles étaient les questions récurrentes de la plupart des équipes participant au concours des exposés sur « l’Alimentation du futur » de ce Robotice 2016.

Le ton était donné. Le jury savait à quoi s’en tenir. Mais celui-ci était composé d’experts : l’un dans les insectes, un autre dans le chocolat et d’autres dans la rhétorique…
Une journée lumineuse où l’on s’est rendu compte du travail de réflexion effectué par la plupart des groupes. Tous ces jeunes, et ils seront pour la plupart impliqués dans des choix pour l’alimentation de leur famille en 2050 (date souvent reprise comme référence dans les exposés), ont réalisé un fabuleux travail de recherche et effectué un exercice de questionnement sur la nourriture qui constituera leur alimentation de demain.

Sans compter sur un désarçonnant art de la mise en scène pour le jury.
On ne parle pas seulement ici des dégustations proposées mais de la qualité des prestations.
Interviews, sketchs, exposés (agrémentés d’une projection Power Point) … Des présentations diversifiées (comme notre agriculture de demain) mais présentant toutes une approche réfléchie du sujet.

A travers tous ces exposés, on se rend compte que notre alimentation de demain sera toujours conditionnée par ce que le marché nous offrira ou ce que nous serons en capacité de produire à petite ou grande échelle. Et on nous proposera un éventail de produits de plus en plus varié. Grâce à des fermes verticales (équipées de panneaux photovoltaïques, d’éoliennes et de bassins de récupération d’eau sur le toit et comprenant, dans les étages inférieurs, des cultures traditionnelles, hydroponiques, aéroponiques ainsi qu’un magasin au rez-de-chaussée.) Grâce à des insectes : vers, criquets, grillons… Et autres produits de la mer (algues…) A consommer tels quels ou transformés sous forme de pizzas, pâtes, cakes… ou sous forme de gélules. Il faudra bien avaler la pilule !…
Avec des noms prometteurs : « Les Capsuvers du Turfur », « Les petits Gris de Namur », « Insectivor », « Les Tricatels de Saint-Guibert », « les Chupacabras », les « XPROTUTRFUS » …
La palme est revenue à :
L’Ecole Libre SAINT-HUBERT avec son équipe les « MANGE-TOUT ».

Alors, on mange tout ?

Institut des Arts et Métiers

CEFA Sud-Luxembourg

Liens

Sur le site de Pierrard

  • ILLEPS : Ecole d’enseignement de promotion sociale