Jeudi 16 Juin 2016

Eurobalades aux Açores

SÂO MIGUEL AQUI A TERRA RESPIRA
Le patrimoine, une richesse de l’Europe à préserver, partager et développer

C’est sur ce thème que les délégations de neuf pays d’Europe engagées dans Eurobalades se sont réunies aux Açores (Portugal), du 3 au 10 mai de cette année pour présenter leurs réalisations et discuter de leurs projets : Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal, Roumanie et Turquie.

La responsable, Ana Pacheco, et son équipe – Ana, Carlos, Miguel et Tony – avaient concocté un programme qui nous a fait découvrir toutes les richesses de l’île volcanique de Sâo Miguel, une des neuf de l’archipel. C’est le centre économique le plus important de la région autonome des Açores.

Après de nombreux et patients contrôles à Zaventem, dès 3h30 du matin, nous avons décollé à 6h20 pour une escale à Lisbonne puis changé d’avion. Après 1 500 km et 2h20 de vol, nous atterrissions à Ponta Delgada, en plein océan Atlantique. Cette ville compte 70 000 habitants et possède de nombreux édifices civils et religieux, essentiellement baroques, richement décorés et généralement sans clocher.

Nous avions été prévenus : il faut deux valises aux Açores. En effet, les précipitations se répartissent d’une manière à peu près régulière sur toute l’année et l’amplitude thermique est faible. Nous avons donc eu droit à de brusques pluies, des matinées de brouillard, de vent intense qui soulevait des vagues puissantes et chassait les nuages pour faire place à un ciel bleu.

Vingt-huit professeurs et accompagnateurs encadraient une nonantaine d’élèves. Six garçons de 2e année de Pierrard ont eu la chance de représenter l’Institut et la Belgique dans cette merveilleuse aventure : Cyril, Kyllian, Maxim, Paul, Simon et Tom. Carole Goffinet, Marc Blaise, porteurs du projet, Dany De Smet et Luc Monin composaient l’équipe éducative.

A notre arrivée venait d’avoir lieu la fête du Seigneur Santo Cristo dos Milagres, la plus grande manifestation religieuse des Açores et qui remonte au XVIIe siècle pour invoquer la fin des crises sismiques constantes. L’église de la grand-place était encore illuminée de milliers d’ampoules.

Une des premières activités des élèves de chaque pays fut de décorer les panneaux réservés à l’exposition qui allait rester durant tout notre séjour dans l’école qui nous accueille. Les professeurs ont droit à la visite des locaux et des classes en compagnie du Principal et de la sous-Directrice.

Ce qui est remarquable, c‘est que des élèves avec un handicap moteur ou auditif sont intégrés dans le cursus scolaire de l’établissement.
La visite de Ponta Delgada et du musée de l’armée aménagé dans le fort de São Brás permet à chacun de fixer les endroits stratégiques de la ville, ce qui facilite les déplacements lors des temps libres. S’en suit la réception particulièrement soignée à la Mairie avec discours et échange de cadeaux.

Chaque jour nous réserve des surprises : des paysages à couper le souffle et une nature à son état le plus pur, bien différente de la nôtre, où plantes et fleurs nous rappellent que nous sommes sous d’autres latitudes. Les oiseaux de paradis au port élégant et aux fleurs somptueusement colorées y poussent à l’état sauvage. Les haies d’hortensias, de camélias ou d’azalées bordent les routes et délimitent les propriétés. Des arbres de plus grande taille, tels que l’acacia ou un conifère du Japon ont été plantés à des fins commerciales. Au littoral succèdent une végétation luxuriante, dense, des cultures morcelées et variées, des maisons typiques, des cascades d’eau chaude et des points de vue incroyables sur les cratères devenus lacs. On ne peut que s’émerveiller !

Le pique-nique international à la réserve forestière de Châ da Macela a donné l’occasion à chaque délégation de présenter les meilleurs produits de sa région. Pour les Pierrardins, le Maitrank, le jus de pomme, le chocolat, diverses salaisons et le fromage d’Orval ont connu un franc succès. La promenade digestive vers le belvédère du Pisâo (plus de 14% de déclivité) a permis d’éliminer quelques calories !

Heureusement, les visites du Miradora de châ da Macela, Boca do Inferno, Vista de Rei, Escalvado, du lac do Canario sous la pluie et le vent, la promenade à la Vila Franca do Campo, au village de Sete citades ont été moins ardues.


Nous avons également visité une plantation de « vrais » ananas sous serre puis la fabrique de céramique Vieira qui appartient à la même famille depuis cinq générations. Toutes les pièces sont originales et faites à la main. Nous nous sommes rendus à la plantation de thé de châ do Porto Formoso, la seule d’Europe, où avait lieu ce jour-là et pour notre plus grand plaisir, la cueillette à l’ancienne. Nous ne pouvions manquer la distillerie « Mulher de Capote ». Toutes les liqueurs aux saveurs différentes sont fabriquées à partir d’ingrédients 100% naturels, avec les meilleurs fruits de la région.
Que dire des bains dans les piscines d’eau thermale à 38° de Caldeira Velha et du parc botanique Terra nostra !

La région de Fumas est connue pour abriter diverses manifestations spectaculaires de volcanisme.
La localité compte une trentaine de sources chaudes, de température et de composition chimique différentes. Zone de fumerolles et sables brûlants de boue, le Lagoa das Furnas est située à l’extrémité nord du lac. Une exposition interactive et multimédia transporte le visiteur au sein du patrimoine naturel pour en expliquer toute l’évolution. Nous avons eu l’occasion de déguster une spécialité locale : le Cozido, un pot-au-feu à base de porc, de poulet, de chou, de pommes de terre et de patates douces. Les restaurateurs descendent une grande marmite dans un trou de fumeroles qu’ils recouvrent de cendres volcaniques et mettent une inscription à leur nom sur le monticule. C’est le plat qu’ils servent au repas du soir.

Après une promenade au bord du lac, certains se sont essayés au plaisir du kayak pendant que d’autres profitaient des bienfaits du soleil.

La soirée finale fut un réel feu d’artifice. Que d’émotions dans tous les groupes et entre nous !

La salle dressée comme dans un palace à l’école de nos amis accueillait tous les participants de ce séjour. Les élèves avaient préparé une danse et un chant de leur région. La Belgique avait, selon l’ordre alphabétique, l’honneur d’ouvrir les festivités. Nos représentants firent sensation. En effet, surréalisme à la Belge, seuls des garçons composaient la délégation. Pour présenter la Troïka, danse traditionnelle de Saint-Mard, trois d’entre eux se déguisèrent donc en fille : « Dames » en blouse blanche, gilet noir et jupe rouge, messieurs en sarreau bleu agrémenté d’un grand nœud noir. Exploit également pour l’interprétation de l’hymne en patois gaumais : Tchantans ! tchantans !
La démonstration des différents pays terminée, ce fut le moment des adieux. Des promesses, des échanges d’adresses, quelques larmes mais que de sourires et d’enrichissement !

A cette Europe et à cette merveilleuse jeunesse, nous disons OUI !

Luc Monin

Institut des Arts et Métiers

CEFA Sud-Luxembourg

Liens

Sur le site de Pierrard

  • ILLEPS : Ecole d’enseignement de promotion sociale