lundi 03 juin 2019

 

Homélie de l'Ascension

Chaque année, une célébration a lieu à l’occasion de la journée Portes Ouvertes. Dans son homélie, Mr Crucifix, diacre et responsable de notre internat, a rappelé que l’humanité était le « cloud » de Dieu

Aujourd’hui, il existe un système informatique appelé « cloud » qui permet de sauvegarder en toute sécurité et à distance nos photos et autres documents. « Cloud » signifie nuage. L’homme moderne peut donc placer dans un nuage tout ce qui compte pour lui. Lorsqu’il s’agit de photos, ce sont parfois les souvenirs de toute une vie qui sont mis en sécurité. En entendant les lectures du jour, on pourrait croire qu’à l’Ascension, Dieu le Père fait de même en mettant son Fils, ce qu’il a de plus cher, en sécurité dans un nuage. C’est pourtant l’inverse qui se passe. En effet, le véritable « cloud » de Dieu n’est pas le paradis mais bien l’humanité où il veut stocker ce qu’il a de plus précieux. C’est pour cela qu’avant de partir, il a mis son Evangile en sécurité dans le cœur des apôtres pour qu’ils agissent en son nom, guidés par l’Esprit Saint. En tant que baptisés, nous avons reçu la même mission. Etre témoins de Jésus-Christ là où nous vivons et notamment à Pierrard. Le Christ posait des signes qui annonçaient le Royaume. Nous pouvons faire de même. Il guérissait les malades. Soyons proches des jeunes en souffrance. Il ouvrait les yeux aux aveugles, éveillons nos élèves aux merveilles du monde, ouvrons-les au Beau. Jésus a guéri un sourd- muet. Les yeux et les oreilles des jeunes sont parfois remplacés par leur smartphone. On ne reviendra pas en arrière. Eduquons-les donc à communiquer en vérité, à utiliser positivement les réseaux sociaux. Jésus pardonnait les péchés. Entrainons-nous à la bienveillance à l’égard de tous nos élèves. N’oublions jamais que si un jeune pose problème, c’est qu’il a des problèmes. Jésus accueillait l’autre dans toute ses dimensions en reconnaissant la richesse de sa différence. A l’heure où les partis d’extrême droite relèvent dangereusement la tête et attirent dans leurs filets de nombreux les jeunes, l’exemple du Christ doit, plus que jamais, nous pousser à ouvrir nos étudiants au respect des différences.
Je viens d’envisager la manière d’être témoins du Christ auprès des jeunes. C’est souvent ce que l’on fait dans les églises. Ils ne sont pas là. On pense donc, que nous sommes les mieux placés pour leur apporter la bonne parole. Je pense pourtant que sans le savoir, ils peuvent eux aussi, être des témoins pour nous. En effet, eux-aussi, sont le « cloud » du Seigneur. Il a stocké dans leur cœur de grands trésors. Que de générosité chez les jeunes ! Que de saines indignations face à l’injustice ! Que d’enthousiasme lorsqu’une cause leur paraît juste. Pensons à ceux qui prennent activement soin du climat. En agissant ainsi, ne sont-ils pas respectueux de la Création, de l’œuvre de Dieu. Ne mettent-ils pas leurs pas dans ceux de Saint François ? Et puis, lorsqu’ils remettent nos convictions religieuses en question, lorsqu’ils nous interpellent sur la tristesse de nos célébrations ou la tiédeur de notre foi, ne sont-ils pas des témoins qui nous invitent à la cohérence ? Rappelons-nous aussi que Jésus a demandé que nous développions nos talents. Allons-voir dans les ateliers les talents de nos élèves. Ces derniers temps, plusieurs ont été primés lors de différents concours. Ils ne sont pas à l’église le dimanche matin mais avec leurs mains, ils participent à l’œuvre créatrice de Dieu.
Nous le voyons bien, personne n’a le monopole du témoignage. Cela doit nous inciter à voir en l’autre, quel qu’il soit, un possible messager qui nous rappelle que si le Seigneur s’est retiré lors de l’Ascension, c’est pour nous confier le monde, l’améliorer en nous sentant responsables du bonheur des autres. Lorsque nous prenons conscience de cette responsabilité, notre foi quitte les nuages pour se vivre dans le concret du quotidien.

Institut des Arts et Métiers

CEFA Sud-Luxembourg

Sur le site de Pierrard

  • ILLEPS : Ecole d’enseignement de promotion sociale